Des Villes & Territoires sans Perturbateurs Endocriniens – 10 oct. 14h à 18h – PARIS

 

La France a été, en 2014, le 1er pays à se doter d’une Stratégie Nationale Perturbateurs Endocriniens avec pour principal objectif « réduire l’exposition de la population ». Cette prise de conscience croissante de l’opinion a conduit à faire des perturbateurs endocriniens un enjeu de la campagne présidentielle.

L’Etat doit jouer son rôle mais la mobilisation citoyenne apparaît tout aussi nécessaire.

Une nouvelle étape peut être franchie en mutualisant les expériences. C’est l’enjeu de ce 1er colloque européen des Villes et Territoires sans Perturbateurs Endocriniens. Madrid, Stockholm et les villes de la Baltique, et en France, Cœur d’Ostrevent, Limoges, Guéret, Grande Synthe… les initiatives se multiplient dans les villes et notamment dans les établissements de santé et de petite enfance. Ce colloque se veut un lieu d’échange. Si Paris a obtenu de ses fournisseurs des produits d’entretien sans alkylphénols, toutes les villes peuvent faire de même.

Cette rencontre se tient au moment d’Octobre Rose, mois de mobilisation contre le cancer du sein. On sait de plus en plus que les perturbateurs endocriniens sont une cause importante de ces cancers hormono-dépendants.

Avec Brune Poirson, secrétaire d’Etat, auprès du Ministre de la transition écologique et solidaire, André Cicolella, président du Réseau Environnement Santé, Laurent Storme, pédiatre au CHRU Jeanne-de-Flandre de Lille pour le programme « 1000 jours pour la santé » de l’OMS, Tonie Wickman, coordinatrice du projet NonHazCity, Georges Salines, chef du bureau de la santé environnementale de Paris, Ruth Echeverria Kistine Garcia du programme « Libre de contaminantes hormonales » de Madrid et Jacques Boutault, Maire du IIe arr. de Paris.

Télécharger le dossier

 

Contacts : Maïté Gérard – 06.59.59.06.98 & André Cicolella – 06.35.57.76.82