Glyphosate : l’Union Européenne continue dans ses errements

Le vote des Etats européens de maintenir l’autorisation du glyphosate met en évidence combien l’Union Européenne tourne le dos à ce qui devrait être sa raison d’être : préserver la santé des Européens.

Cette affaire met aussi clairement en évidence la carence de l’expertise de l’agence européenne EFSA qui s’est contentée de faire un copier-coller du rapport de Monsanto. Ce n’est pas la première fois. Le RES avait mis en évidence le même processus de négation des données scientifiques dans le cas du Bisphénol A et de l’aspartame. Par-delà le cas du glyphosate, c’est l’ensemble des substances classées CMR (cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques) et/ou Perturbateurs Endocriniens qui doivent être éliminées de notre environnement.

Nous n’arriverons pas à faire reculer l’épidémie de maladies chroniques sans s’attaquer à ses causes environnementales. La France doit continuer à être à l’initiative dans ce domaine et organiser des Etats Généraux de la Santé Environnementale pour doter la France des outils pour atteindre cet objectif.

André Cicolella, Président du RES

Lire l’article du Monde sur la position française concernant l’interdiction du glyphosate