Dites « Non » à  la perturbation hormonale, dites «oui» à la volonté des citoyens Les partenaires de la coalition EDC-Free (sans perturbateurs endocriniens), dont le RES fait partie, se sont rassemblés devant le bâtiment de la Commission européenne à Berlaymont à Bruxelles ce lundi 13 Juin. Ils ont demandé qu’une plus grande attention soit accordée à
Le RES est engagé aux côtés du C2DS (Comité pour le développement durable en santé) depuis juin 2015 dans une campagne de sensibilisation sur les perturbateurs endocriniens auprès des établissements sanitaires et médicosociaux. L’objectif est de protéger les patients, le personnel et l’environnement en éliminant notamment les substances identifiées comme perturbateurs endocriniens du cadre de
Paris, le 14 janvier 2016, L’Assemblée nationale vient d’adopter en 1ère lecture la proposition de loi déposée par le député EELV Jean-Louis Roumegas. Cette proposition de loi traduit les revendications du RES sur la nécessité de changer le paradigme de la réglementation en matière de substances chimiques. Il est temps en effet pour l’industrie chimique
Agir contre les PERTURBATEURS ENDOCRINIENS : L’affaire de tous 75% des Français sont favorables à une interdiction générale par la loi des perturbateurs endocriniens. C’est ce que le RES demande. Mais sans attendre cela, chacun peut agir dès maintenant. La ville : en choisissant des produits d’entretiens sans perturbateurs endocriniens, en éliminant les pesticides pour la gestion des espaces verts, en
Le RES était partenaire de la 16ème Journée nationale d’étude de l’association « Elus Santé Publique Territoires »qui s’est déroulée le 27 novembre. Le colloque avait pour objectif « de présenter, du point de vue d’une collectivité locale, les nouveaux enjeux politiques ainsi que les controverses que pose la prise en compte des facteurs environnementaux
Lors de la seconde lecture du projet de loi Santé à l’assemblée nationale, le gouvernement, contre l’avis des scientifiques, a renoncé à l’interdiction de substances dangereuses pour nos enfants dans les jouets et les dispositifs médicaux. ( Art 11ter et Art 36 ter) C’est un cadeau aux industriels du jouet : contre le consensus scientifique
Le Conseil Constitutionnel vient de rendre sa décision suite à la Question Prioritaire de Constitutionalité déposée par l’association des fabricants Plastics Europe pour la loi du 30 juin 2010 interdisant les biberons au BPA. L’article 1 de la loi du 30 juin 2010, modifiée par celle du 24 décembre 2012 suspendait «  La fabrication, l’importation,
Près de 1000 études montrent la toxicité du Bisphénol A, mais L’EFSA continue de nier l’évidence ! L’EFSA a publié aujourd’hui son dernier avis sur l’exposition au bisphénol A (BPA). Celui-ci, comme les précédents, conclut qu’aux niveaux actuels d’exposition, le BPA ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs de tous les groupes d’âge
Dire à l’Union européenne « Stop aux expositions aux perturbateurs endocriniens » devient facile avec un outil proposé par des ONG   Paris, le 8 décembre 2014 – La coalition EDC-Free Europe (Coalition pour une Europe sans perturbateurs endocriniens) vient de lancer une plateforme en ligne destinée au grand public pour « Dire NON aux perturbateurs endocriniens ». La plateforme permet à chacun
Est-ce que le DEHP, un phtalate qui perturbe le fonctionnement des hormones sexuelles, sera enfin interdit ? Les principes de précaution, de substitution et de protection de REACH, conçu pour maintenir les substances chimiques dangereuses hors du marché européen et protéger ainsi la santé humaine et l’environnement, sont menacés. Les fabricants et recycleurs européens de
L’ANSM jette les bases d’une nouvelle approche de l’évaluation des risques, principalement fondée sur l’Alchimie L’essentiel •  L’Agence du médicament (ANSM) refuse d’interdire l’amalgame dentaire, alors que ce dispositif médical est composé pour moitié de mercure métallique, une substance dont la toxicité est clairement établie. Des alternatives sont pourtant disponibles, remboursées de la même façon que
HAUT