A partir du 11 septembre, les cheveux des habitants de Grande-Synthe vont être scrutés de près. La ville lance ce qu’elle présente comme « la plus grande enquête jamais réalisée » sur les perturbateurs endocriniens.

Bisphénol et compagnie

Il s’agit de substances chimiques qui, comme leur nom l’indique, perturbent l’ensemble des organes et tissus qui sécrètent des hormones. Ils peuvent avoir un effet très néfaste sur l’organisme et sont notamment soupçonnés de favoriser certains cancers, des malformations, de l’obésité…  Ils sont présents dans certains aliments, cosmétiques, mais aussi des produits ménagers ou des objets contenant du plastique. « Bisphénol », « Phtalate », ils sont souvent pour nous bien difficiles à repérer.

Le but est donc de cibler ces substances et de cerner leurs effets exacts sur notre santé. « Cette étude va permettre de prouver qu’on est exposés à ces substances qu’on ne voit pas au quotidien, et de diminuer notre exposition » explique Elise Vanandruel, coordinatrice santé à l’espace santé du littoral.

A retrouver dans ce reportage, l’interview d’Evelyne Lelieur (membre du RES Hauts-de-France)