Créé en 2009, le RES regroupe des ONG, des associations de professionnels de santé, de scientifiques et de malades ainsi que des adhérents individuels.

Parce que « Notre Environnement, c’est notre Santé », le RES agit pour mettre la santé environnementale au cœur des politiques publiques. Face à l’épidémie de maladies chroniques (maladies cardiovasculaires, cancers, asthme, trouble de la reproduction, troubles du comportement…), agir sur les causes environnementales est essentiel.

En 2010, la 1ère campagne lancée par le RES a abouti à l’interdiction dans les biberons du Bisphénol A, une molécule toujours employée par l’industrie chimique malgré les nombreux risques sanitaires associés : cancer, diabète, obésité, troubles de la reproduction et du système nerveux.

Comme l’illustre cette campagne, le RES cherche à mettre dans le débat public les connaissances scientifiques disponibles et faire en sorte que les acteurs institutionnels et économiques mettent en oeuvre le principe de précaution pour établir les réglementations et transformer les procédés industriels.

Notre appel

« Nous affirmons qu’il est urgent de changer de logique et de considérer comme primordiale la relation de l’homme à son écosystème afin de mettre la santé environnementale au cœur de la politique de santé. Nous appelons à constituer un Réseau Environnement Santé pour rassembler tous ceux qui se reconnaissent dans cet objectif : associations, syndicats et personnes (citoyens, professionnels de santé et scientifiques). Le RES se donne pour but d’agir pour peser sur les politiques publiques, mais aussi sur les producteurs de risques, lesquels, malgré des progrès comme le mouvement pour la chimie verte, restent encore très largement guidés par une politique de négation de leur responsabilité. L’objectif du RES est aussi d’agir au niveau européen avec les forces regroupées dans l’Alliance pour la Santé et l’Environnement et plus largement au niveau mondial avec tous ceux qui luttent pour promouvoir le lien Santé-Environnement ».

Notre objectif

La question de la relation entre environnement et santé suscite une interrogation croissante dans l’opinion en raison de l’augmentation régulière de maladies chroniques (cancer, diabète, troubles de la reproduction et du comportement, obésité…) et de l’émergence de maladies nouvelles comme l’hypersensibilité chimique.
Les connaissances scientifiques mettent de plus en plus en évidence le poids des facteurs environnementaux dans la survenue de ces maladies et notamment le rôle des produits
chimiques perturbateurs endocriniens (PE).

Le RES demande une loi de santé environnementale et a fait 15 propositions pour faire face à l’épidémie de maladies chroniques.

Notre méthode

  • Le RES organise des colloques, des campagnes, publie des rapports, organise des conférences de presse pour mettre dans le débat public les données scientifiques.
  • Au coeur des institutions, le RES participe à la préparation du Plan national santé environnement (PNSE) et ses déclinaisons en régions (PRSE).
  • Le RES intervient auprès des ministères, des agences de sécurité sanitaire et des régions. Il agit en Europe en lien avec le réseau HEAL (Health and Environment Alliance).
  • Le RES créé des supports d’information grand public (expositions, plaquettes, brochures, vidéos…).
  • Le RES se développe en régions pour une prise en compte de la santé environnementale sur tout le territoire.

Nos résultats

  • Une prise de conscience globale du danger des faibles doses de substances chimiques ayant une activité de perturbation endocrinienne (ex : Bisphénol A, phtalates, alkylphénols etc.).
  • L’interdiction du bisphénol A en France dans les biberons (étendue à l’ensemble de l’Union Européenne).
  • L’interdiction du bisphénol A dans tous les contenants alimentaires (2015)
  • L’interdiction du perchloroéthylène dans les pressings.
  • En 2014, la France devient le premier pays au monde à adopter une Stratégie Nationale Perturbateurs Endocriniens (SNPE).
  • Siège au Plan National Santé Environnement
  • Participation à l’élaboration des Plans Régionaux Santé Environnement (1 – 2 – 3)
  • Colloque « Une dentisterie sans Perturbateurs Endocriniens », une 1ère mondiale (2016)
  • Mise en place de « Tournée de sensibilisation aux Perturbateurs Endocriniens » à Paris (2017/2018)
  • La Communauté de Communes de Cœur d’Ostrevent se déclare « Territoire sans Perturbateurs Endocriniens » (2017)
  • Conférence de presse « Aucun bébé ne doit naître pré-pollué » qui a mené à des prises de positions politiques sur l’organisation d’un Grenelle de la Santé Environnementale (2017)
  • Commentaire critique sur l’analyse par Santé Publique France de l’étude ELFE (2017)

Projets 2017/2018

Colloques

  • Eau : les normes sont-elles obsolètes ?
  • AVC : une maladie de jeunes ?
  • Eco-conditionnalité : pour des achats sans Perturbateurs Endocriniens
  • « Santé environnementale » : le coût de l’action et de l’inaction »

Campagnes

  • Villes et territoires sans Perturbateurs Endocriniens : construire une mobilisation citoyenne pour éliminer les perturbateurs endocriniens de notre environnement.

Expositions/ brochures

  • La crise sanitaire : 10 panneaux pour comprendre l’épidémie de maladies chroniques, son coût économique et agir sur ses causes environnementales.
  • Les perturbateurs endocriniens : une exposition pour mieux comprendre leur rôle dans toutes les grandes maladies chroniques.

Le RES est un lanceur d’alerte, il a besoin de vous pour garantir son indépendance